Mardi 18 Septembre :


C. L. N.

Il se fait tard...

Accoudé au comptoir, la Bavik à deux balles, la Pétrus à deux soixante dix, la Grimbergen aussi, la Karmeliet à... J'sais plus. Qu'importe, le prix n'a plus d'importance lorsqu'il s'agit d'amour. Les lumières s'étouffent dans un nuage de fumée et semble s'inonder à l'extérieur. Elles sont jaunâtres et dégagent une teinte dans la rue qui rivalise avec les réverbères. On croise son regard dans le miroir au fond derrière le comptoir, sous une étagère de Jack Daniel's ou de Willam's, de Vieux Bourbon et une bouteille moitié pleine de Label Five. On s'aperçoit, et on se rend compte qu'on a le dos voûté sur un tabouret en bois, un peu bancale, qu'on a le regard qui divague. La main attachée au verre à moitié vide, la mousse encore généreuse. On voit aussi que la nuit s'est glissée au dessus des toits et que le bar s'est peuplé. On y est bien. On sort une petite Craven du veston, puis on cherche du feu, des allumettes, si je me souviens, dans la poche droite. On fouille, on tripatouille dans cette poche qui parait soudain gigantesque, on cherche désespérément, la clope dans le bec qui attend, quand...

"Hé, tiens" - En saisissant le feu, un petit salut de la tête souligné d'un léger sourire. Le bout de la cigarette incandescent laisse une traînée de fumée qui rejoint ce gros nuage au dessus de nos têtes. "Je t'offre une bière", le camarade accepte, le regard s'illumine, c'est reparti. Il est là comme toi, comme moi, comme tout ceux qui sont là, partager la même passion, parler un peu, boire un coup, se détendre. Voilà que le camarade s'approche, puis il parle, petite présentation, échange d'identité furtif : un prénom et une profession. On part sur n'importe quoi. On ne cherche pas de vérité absolue, seulement parler de choses intéressantes ou non. Parfois de politique avec un regard complice. La discussion n'est pas forcément sérieuse, mais on cherche quelque chose de différent, et chacun s'amuse à essayer de détruire (et construire) l'idée de l'autre. D'autres fois ça parle de gens, des artistes, de l'histoire. Découvertes sur découvertes, finalement dans ces bars tout le monde se connaît assez rapidement, il suffit de quelques soirées. Et évidement, les anecdotes de la vie s'enchaînent.

C'est un type que je ne connais pas, il est peut être de passage ou simplement il ne m'a pas été l'occasion de le connaître encore. Il a le look du coin, la quarantaine, tranquille, sans doute fonctionnaire. Les lunettes de vue, parce qu'il doit lire beaucoup, aux idées politiques bien tranchées. Les cheveux tirant vers le gris et la barde de trois jours grisonnante aussi. Bien sympathique. Mais il y a aussi des jeunes de mon âge et des gens entre nos deux âges. Mon voisin me paye un galopin de blanc, trinquons gentiment. Voilà, c'est pas compliqué, c'est une amitié périodique. Les copains se saluent lorsqu'ils se croiseront dans le même bar. Sans arrière pensée, la chaleur est vraie, le respect aussi. Le jeune écoutant le vieux parce que le vieux connaît, et le vieux écoutant le jeune car il est plein d'énergie et d'espoir, il essaye d'en récupérer un peu car ça lui perd avec le temps. Certains appellerons "sages" les vieux complètement inactifs, ayant la vanité de savoir tout sur tout, d'avoir la prétention d'avoir un jugement irrévocable, puis, bien sur, snobant les jeunots cons (ils n'ont pas toujours tort ; c'est plus simple, et puis, les jeunes cons ça doit sans doute exister aussi).

Des musiciens font leur entrée, s'installent sur une estrade, entre les gens qui discutent. Ils entament, dès leur matériel, prêt : "Take Five" de Dave Brubeck. Puis c'est le tour de "Poor Butterfly" de Benny Goodman. Là, un bon cigarillos fait l'affaire, oublions la toux de demain. "Hé, tu reprendrais bien une bière, vite fait ?". -"Ah non désolé, j'aime pas le Jazz et puis demain je commence tôt" - "Allez restes un peu ! Une dernière ! Allez ! Encore un petit..." L'horloge au dessus de l'étagère à Whisky indique les deux heures et quart. Je croise le regard bienveillant du Patron. "J'en reprendrai bien une." Le mec est parti. Tanpis. Et à ma Gauche, en écoutant vaguement la musique, un autre type :

_Salut, ... Tu t'appelles comment ?

 

<<< ... >>>