Vendredi 26 Mai ; Supplique pour être enterré à Tauriac.



Mon Amour, Mes Amours, mes Amis, mes Parents, Ma sœur,
Mes Ancêtres, mes Cousins, mes Copains, mes anonymes.

Je rêve que le jour où je serai comme Endymion,
Je rejoindrai le royaume de l'exil éternel.


Je suis un Oscar Wilde ou un Jean Cocteau,
Couronné par Mireille Havet,
Amie de Verlaine et d'Appolinaire,
Et tous ces autres martyrs,
Je vous quitterai en temps voulu.


Mon esprit sera là bas.
Qu'adviendra-t-il alors de mon corps ?
Qu'adviendra-t-il de ce que les gens ont vu ?
Qu'adviendra-t-il de cette coque que je chérissais ?
Qu'adviendra-t-il de ma dernière trace sur terre ?


S'il y a un post-mortem, je voudrai que mes amis
Trouvent ce qui est le contenant de mon contenu.
Je ne veux être brûlé, je ne veux être empaillé,
Je ne veux être cryogénisé ou je ne sais quelle bêtise.


Je veux avoir de belles funérailles avec mes amis, ma famille, et les autres.
Je voudrai retrouver la terre,
Retourner dans le royaume de Gaïa,
Retrouver des racines, me faire bouffer par des vers.

Il existe un endroit en France où j'ai pris naissance.
Cette terre innocente et qui a vu traverser les empires et les chars dans le silence.
Cette terre où souffle le vent pur.
Ou le temps fait l'essentiel de la vie.
Une vie simple pas comme la mienne.


Mon corps en aura vu, du paysage !
Mon corps aura fait des milliers de kilomètres.
Mon corps aura toujours aimé cet endroit.
Mon corps est d'accord avec moi.
Mon corps fera sa vie tout seul parmi les sels minéraux.


Faites moi de belles funérailles,
Apportez moi des fleurs,
Dès fois qu'un amoureux les prendrait pour les offrir à son amour.
Apportez moi vos corps et vos têtes.
Et découvrez cette terre !


Allez dans l'église du Village
Trouvez moi le curé de Tauriac,
Apportez le, faites lui faire son boulot...
On ne sait jamais si l'au delà est là.

Ma vie aura toujours été influencée par cet endroit,
Où l'on côtoie la vieille pierre et les anecdotes,
Peut-être croiserez vous le fantôme de Léo Ferré,
Ou les pèlerins qui vont à Saint-Jacques de Compostelle.


Je sais que c'est assez loin,
Traversez le Limousin,
Moi aussi je viens de loin,
Peut-être de Croix,
Où d'ailleurs, du bout de la terre !


N'en déplaise au Maître Brassens
Pour son supplique pour être enterré à la plage de Sête
Je passerai ma mort en vacances,
Je serai alors loin de la folie,
Il me pardonnera.


Mettez moi une belle Croix,
Je me ferai le plus imbécile des cons,
J'aurai fait le plus con des imbéciles !
Mettez moi une grande Croix
Pour qu'on ne m'oublie pas !


Peut être que la foudre
Tapera sur ma grande Croix,
Et me ressuscitera !




<<< .... >>>