Histoire de l'homme :

Je contribue à la disparition de l'Occident (à mon échelle) :


Mon histoire a commencé environ 9 mois avant le 17 mars 1989, mais cette date n'est que vague dans l'espace temps, je cite juste cette imprécise intervalle de temps, juste pour que vous ayez une idée. Le temps nous échappe et inventer des calendriers qui ne fonctionnent pas était une obsession humaine... alors je laisse pisser, je décide de ne plus reconnaître l'exactitude de la date, tout en l'utilisant pour me faire reconnaître par les autruis. C'est alors que neuf mois avant cette date qui m'a vu naître; qu'un spermatozoïde, faisant la course à l'ovule avec des millions de spermatozoïdes similaires à quelques différences prêts (restons dans le vague) a réussi, après une course parsemée d'obstacles particulièrement futiles qui ont vu bien de ses spermatozoïdes frères, mourir, à atteindre l'ovule. Je suis sorti du ventre de ma mère neuf mois plus tard ; ce qu'on appelle une naissance. Voilà la première erreur de l'être humain ; naître. J'aurai du faire comme mes millions de camarades spermatozoïdes, mourir dignement au combat, dans un état de souffrance nul (puisque les spermatozoïdes n'ont pas de nerfs) mourir instantanément et devenir poussière.

J'ai fais l'expérience avec un moucheron ; Je l'ai surpris sur mon mur blanc, elle faisait environ deux millimètres. Restons dans le vague, la mesure peut, elle aussi, être inexacte et très souvent déformée, ce n'est juste une information virtuelle pour emmerder le monde. Je surprends cette mouche, qui cherchait sans doute de la nourriture, quand tout à coup.... (le tout à coup n'a pas lieu d'être puisque j'avais prévu l'action bien avant, je n'était même pas moi même surpris de ce geste) Plaffff... (idem, ce bruit n'existe pas, un moucheron écrasé n'a aucune incidence sur le système des mouches, c'est pareil pour un homme), le moucheron écrasé avec l'index, n'existait plus, aussi bien son âme merdique que son corps minable, il restait une petite poussière. Par poussière, entendez plutôt infime morceau de matière perdu. Entre le début de la seconde (virtuelle) et sa fin, il s'était passé quelque chose dit d'abominable ; un être vivant, lui aussi comme moi, ayant fait sa course du sperme, était passé d'état vivant en pleine forme à l'état de poussière, une mort plus qu'instantanée puisque que la dépouille n'existait plus. Tout cela en une seule seconde virtuelle. C'est fantastique.

Je crois que je n'ai pas eu de peine, ni pour mes frères spermatozoïdes ni pour ce moucheron de merde. Revenons au départ de moi, la naissance, je suis né, puis j'ai été conditionné, j'ai du apprendre à manger, boire, dormir à des heures décentes, ou encore chier et pisser au bon endroit. Ensuite j'ai du apprendre à marcher et à parler, tout le monde subit pareil. Etant petit, enfant unique, je régnai tel un dictateur dans le logis de ce jeune couple, inconsient de la situation, nous avons tous su, enfants du materialisme, exprimer notre égoisme et déjà notre désir d'invidualisme, conditionné par la société.

S'en ai suivit alors divers éléments, tous sans réelle grande importance. Disons que nous avons tous vécu. Vécu, nous sommes une encyclopédie, nous recueillons des souvenirs d'action, d'images, de son, de goûts, du toucher, de joies etc. etc. Chacun d'entre nous est une base de données, nous avons alors selon cette base de données, des réactions qui peuvent être différentes d'un autrui à un autre autrui. Certains ont inventé l'amour, un autrui ayant une base de données "aime" un autre autrui équipé d'une base de données. A cela se rajoute évidement les critères physiques, j'ai mes traits, autrui a ses traits aussi, toi aussi. J'ai des traits spécifiques à moi, moi spermatozoïde est un peu plus différent que mon frère. Et même s'il y a parfois des jumeaux, la base de données est là pour tout de même les différencier. Comment font les moucherons, il y a t-il des critères de beauté dans le système des mouches ? Après tout les moucherons sont tous exactement semblables à quelques anomalies près.

 

<<< HOP >>>